Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog pour-mes-enfants
  • Le blog pour-mes-enfants
  • : Deux passions : les gâteaux 3D en pâte à sucre, la littérature jeunesse. Ce blog a été créé dans le but de faire partager ces deux passions au travers de tutoriels, d'articles divers où je vous livre mes découvertes. Bienvenue dans mon petit chez moi !
  • Contact

Recherche

13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 19:42

J'ai remarqué que cette partie du premier chapitre manquait !

 

 

 

Elle s’enfonça dans le fauteuil et scruta le visage de Maître Ollandor.

— Bien, tu as raison ! Si lors de la première effraction nous étions démunis et impuissants sans savoir si un vol avait vraiment eu lieu, le renforcement des mesures de sécurité et de contrôles va sans doute nous en apprendre plus. Et cela grâce au facteur Psy. 

A ces mots, le grand maître sourit à Arianna, qui lui répondit par une moue dubitative.

— Que faisons-nous alors ? demanda-t-elle.

— Je me dois d’informer les responsables des autres lunes de l’incident, répondit Ollandor, gravement. Nous devons réagir face à ce qui pourrait être un complot bien organisé. Une deuxième effraction, au même endroit, avec une méthode bien plus sophistiquée que lors de la précédente intrusion, des moyens sans aucun doute importants, ce n’est pas une simple coïncidence. Les portiques de magie, les repousseurs, les transmuteurs, rien ne semble avoir été efficace... Etonnant, et même inquiétant.

Arianna préféra rester silencieuse.

—  Ce qui reste à comprendre, ce sont les intentions exactes de ces voleurs, car je ne vois vraiment pas, dans les circonstances actuelles, ce qu’ils pourraient faire d’un éventuel butin, conclut le grand maître.

Ollandor se redressa et avança la main vers la sphère qui trônait au centre du bureau. Il tendit la main et toucha la surface cristalline. Un « pop ! » se fit entendre. Un tiroir secret, dans le socle en bois qui supportait le globe, venait de s’ouvrir. Sans une hésitation, Ollandor y plaça la main. Cette dernière fut alors recouverte par des grains de sable presque transparents, qui se mirent à briller dans l’obscurité.

La sphère s’illumina. Ollandor s’adressa à la boule lumineuse, d’une voix ferme :

« Message prioritaire pour Ancestra, Mystica et Selvia. Une réunion du grand conseil aura lieu dans une vingtaine de minutes sur Techna, la présence des membres de la confrérie est requise. »

Il retira sa main du tiroir puis fixa  Arianna .

— Je dois maintenant me changer, s’excusa-t-il. Un peu surpris par ton moyen de transport, j’en ai oublié les convenances. Tu peux aller en salle, si tu le désires. Je vais me préparer, ajouta-t-il en se levant.

La jeune femme lui adressa un de ses magnifiques sourires.

—  Je préfère t’attendre, cela ne saurait être long, n’est-ce pas ?

Il hocha la tête, amusé.

«  Tenue de cérémonie », fit-il, en balayant de sa main droite sa robe de chambre.

Aussitôt, celle-ci fut remplacée par une toge bleue marine à bordures dorées, un médaillon apparut à son cou alors qu’une bague corail se matérialisait à un de ses doigts. Enfin, un sceptre gigantesque, sommé d’une pierre blanche, surgit et se maintint en lévitation face à lui. Le grand commander s’en empara.

— Je suis toujours aussi fascinée devant l’étendue des pouvoirs des Maîtres enchanteurs, avoua Arianna, admirative.

Ollandor la considéra avec curiosité.

— Je suis tout aussi admiratif devant tes dons de métamorphes qui te permettent de te transformer en oiseau, tes capacités de transsubstantiation qui t’autorisent à modifier les propriétés de la matière, ainsi que tes origines sylphides qui te confèrent bien d’autres avantages… notamment sur les hommes, n’est-ce pas ?

Arianna rougit.

Ollandor, tout en vérifiant sa tenue, s’assombrit. La jeune femme le remarqua et ne put s’empêcher de le questionner.

— Qu’y a-t-il Avérus ? Un problème ? 

— Non ! fit-il pensif. En parlant de pouvoirs magiques, j’en suis venu à songer à ce rapport…

— Ce rapport ? répéta la jeune femme.

— Oui, je parle u compte rendu que je t’ai transmis hier.

— Ah, oui, je l’ai lu, murmura Arianna. Tu comptes aborder ce point lors de la réunion ?

— Je ne pense pas que le moment soit bien choisi, répondit le grand maître. Mais, il faudra très rapidement se pencher sur ce problème, cela devient urgent.

— Pourquoi cela ? demanda-t-elle, intriguée.

Ollandor s’approcha de la grande fenêtre et jeta un coup d’œil au dehors :

— Techna, bien que patrie officielle des mages au même titre qu’Ancestra en son temps, abrite maintenant, de nombreuses personnes qui n’utilisent plus de magie et cela en raison du développement de la technicomagie. La conclusion du rapport est claire à ce sujet.

— Tu penses que la technicomagie est en partie responsable du déclin des capacités magiques constaté chez les adolescents ? s’étonna-t-elle. Je pensais sincèrement que l’auteur du texte était un peu hâtif dans son analyse.

— Cela ne fait aucun doute pour moi, rétorqua le grand maitre, en sortant sur le balcon pour admirer Fira. Dès qu’ils apprennent à se servir de ces nouveaux gadgets toujours plus nombreux, les enfants ne croient plus en l’utilité de leurs pouvoirs, ils ne tentent plus de déceler en eux une quelconque once de magie. L’adolescence est un âge décisif pour l’épanouissement des capacités dans bien des domaines, celui-ci ne fait pas défaut à la règle. Si durant ces quelques années ils ne font rien pour accroître et développer leurs dons, ces derniers finissent par disparaître, par s’atrophier…Voilà pourquoi je pense que la conclusion de ce rapport est loin d’être stupide. Cette étude, menée dans les écoles, pour évaluer l’évolution du nombre d’enchanteurs sur Techna est alarmante !

Arianna le suivit en silence.

— Que comptes-tu faire ? Nous ne pouvons tout de même pas interdire la technicomagie ? Il faut reconnaître que cette technologie est très utile. Regarde nos dômes, le renouvellement de l’air. Tout se fait grâce aux sphères technicomagiques. Sans elles, Aqua serait bien moins peuplée et surtout seuls les vrais aquantes, seuls métamorphes, pourraient vivre sous l’eau. Nous avons si peu de terres émergées ! Difficile de nous en passer !

— Je suis d’accord, Arianna. Mais il serait plus sage de contrôler et de limiter l’usage de ces appareils. Les utiliser à tout bout de champ est dangereux et frôle l’inconscience. Ces technologies nous éloignent trop des lois de la Nature et, bien plus grave, de nos origines. J’avoue craindre que ce phénomène insidieux, cet effritement de nos pouvoirs ne touchent bientôt les enchanteurs d’âge mur. Les capacités des magiciens, trop peu utilisées,  vont finir par s’affaiblir. Heureusement pour vous, Aqua n’est pas touchée par ce phénomène. Quoique…

— Que veux-tu dire ? s’alarma Arianna.

— Même chez vous, le confort des dômes réduit notablement l’utilité des métamorphoses chez les aquantes, non ? Combien d’entre vous sortent encore en plein océan sans utiliser les véhicules technicomagiques, les phototrains, les bulles marines ? Vous transformer en créatures des océans est tout de même moins utile maintenant, non ?

La jeune femme resta interdite, la remarque sensée l’ébranlait.

— Tu ne penses tout de même pas que la lignée des métamorphes est en danger en raison du développement de ces technologies, tout de même ? Ce n’est pas parce que nous usons moins de nos aptitudes à nous transformer en animaux marins, que nous en sommes devenus incapables !

— Tu en es sûre ? Vos jeunes aussi ? Personnellement, je ne sais pas, nous devrions peut-être mener une étude sur chaque sphère, ainsi nous serions fixés sur l’ampleur du phénomène. Heureusement, certaines choses sont rassurantes dans ce rapport.

Ollandor fixa les grands yeux en amande de la jeune femme où l’inquiétude transparaissait. Il remonta les longues manches de sa tenue de cérémonie et regarda luire la bague corail qui ornait son annulaire droit.

— En effet, il est désormais évident que si nos enfants sur Techna ont l’impression de perdre leur temps sur les bancs des écoles à faire ou à apprendre des choses difficiles et rébarbatives c’est parce qu’ils peuvent obtenir tout ce qu’ils veulent au marché de la Grand Place, voire au magasin du coin. Ils ne font donc plus aucun effort. Or, la magie requiert beaucoup de persévérance…

— Et alors ? Je ne vois rien de rassurant là-dedans, le coupa Arianna.

— Si, détrompe-toi ! Le rapport a ainsi mis en évidence que les enfants issus des milieux les plus défavorisés ne sont pas touchés par ce phénomène. Obligés de faire appel à l’imaginaire, d’inventer, de créer des jeux, des situations pour se distraire, ils développent leurs pouvoirs magiques en essayant d’obtenir par eux-mêmes ce qu’ils ne peuvent se payer. Voici donc un axe de recherche encourageant.

Le grand maître pénétra à nouveau dans son bureau et se dirigea vers l’un des tableaux accrochés aux murs. Arianna, intriguée, lui emboita le pas sans un mot. Le décor d’un pré aux couleurs chatoyantes, dans lequel s’amusaient des licorneauds et des centaures, attira son attention.

Ollandor posa la main sur la toile.

— Animalia, murmura-t-il. Animalia et ses ondines, ses farfadets, ses centaures, ses licornes. Mystica et ses enchanteurs de l’esprit. Aqua et ses créatures marines ou encore Selvia et ses elfes des forêts… Il faut préserver tout cela, Arianna.

Sentant qu’il se laissait un peu trop aller à la confidence et à la mélancolie, le vieil homme s’interrompit brutalement. Arianna n’appréciait guère de le voir aussi inquiet. L’entendre mettre en doute la survie même de la magie sur Utopia l’angoissait. Un bruit inhabituel interrompit le cours de ses pensées.

La sphère sur le bureau venait de virer au rouge vif en émettant des crépitements soutenus. Ollandor s’approcha et plongea de nouveau sa main dans le socle de l’objet. Le sable la recouvrit, un visage apparût à l’intérieur du globe redevenu transparent. Un homme, dans les cinquante ans, aux traits émaciés et au teint livide regardait l’enchanteur. Ses yeux, d'un bleu très pâle, faisaient écho à la couleur blanche de ses cheveux qu'il portait courts. Arianna ne put réprimer un frisson. Quelque chose d'indéfinissable chez cet homme la mettait mal à l’aise. Nullement perturbé, le grand maître plongea son regard dans celui du curieux personnage.

— Bonjour, Odela.

— Bonjour Ollandor, bonjour Arianna, répondit ce dernier, en se tournant dans le globe pour saluer la jeune femme.

Celle-ci, troublée de constaterque rien ne paraissait échapper au chef du facteur Psy, inclina la tête en signe de salutation. L'homme s'adressa à nouveau au grand commander :

— Une effraction a été commise dans la zone sécurisée d’Aqua, comme tu le sais déjà, sans doute. J’ai décrypté la base de données des veilleurs chargés de la surveillance, et je suis prêt à retransmettre les images en séance, sitôt que le conseil sera réuni. J’attends tes instructions pour cela.

— Parfait ! J’ai envoyé une convocation aux membres de Selvia et d’Ancestra. Le conseil aura lieu dans une vingtaine de minutes. Nous descendons en salle dans quelques secondes, Arianna et moi. Nous t’attendons avec impatience, Odela, conclut Ollandor, en hochant la tête en guise de remerciement.

La sphère s’éteignit et le visage blafard disparut. Ollandor remit aussitôt sa main libre sur le dessus de la surface cristalline qui prit une teinte blanche, cette fois.

— Message pour le frère Stuff. Présence souhaitée en grande salle du conseil dans quinze minutes !

Il retira ses mains de la sphère et la lumière s’éteignit aussitôt. La pièce fut replongée dans la semi-obscurité initiale.

— Bien, hâtons-nous maintenant, fit-il en se dirigeant prestement vers la porte.

Partager cet article

Repost 0
Published by pour-mes-enfants - dans Ecrits
commenter cet article

commentaires

gateauenfetedelilou25 14/02/2012 22:29

Ben oui !!!

gateauenfetedelilou25 13/02/2012 23:30

Cette partie apporte une vision plus claire du monde dans lequel tu nous emmènes... La suite bientôt ?

pour-mes-enfants 14/02/2012 22:00



Curieuse ?